GRIPPE A/H1N1 Le gouvernement devra s'expliquer ! : Dossiers SOS JUSTICE

02/06/2010

GRIPPE A/H1N1 Le gouvernement devra s'expliquer !

Sur le magazine Que Choisir d'avril 2010 il est question de traiter un dossier portant sur le thème : GRIPPE A/H1N1 Le gouvernement devra s'expliquer.

A la lecture des demandes formulées par le Sénat vous remarquerez que celui-ci s'interroge : "sur les causes de l'échec de la campagne de vaccination."
On se moque de qui ?

Les questions devraient être celles de répondre aux citoyens pour savoir :
1 - si la grippe est une maladie ?
2 - si les virus ne sont pas créés de toutes pièces par les laboratoires pharmaceutiques, les nouvelles armes biologiques utilisées contre nous par les politiques ?
3 - si le virus a bien existé car les contrôles n'ont pas été faits dans les hôpitaux ni par les médecins pour confirmer la présence du virus de la soi-disant grippe A/H1N1 ?
4 - si cette pandémie mondiale n'a pas été inventée de toutes pièces dans un objectif double, si cher aux élites Illuminati :
a - réduction de la population mondiale par le biais d'une guerre biologique,
b - enrichir les laboratoires.
6 - de nous donner clairement quelle est la définition d'un virus afin de détruire le mythe Pasteurien et de supprimer définitivement l'obligation vaccinale criminelle
7 - combien de personnes sont décédées suite à la vaccination ?
8 - combien d'handicaps et d'avortements a-t-on dénombré suite à la vaccination ?
9 - quels sont les liens entre les politiques et les laboratoires pharmaceutiques?
10 - pour quelles raisons légitimes l'OMS et l'ONU exercent leur dictature mondiale sur l'ensemble des pays du monde, en matières de santé et de guerres fratricides, à quels titres et en faveur de qui ?
Toutes ces questions qui demeureront sans réponses jusqu'à la prochaine vaccination ou guerre fratricide criminelle !

QUE CHOISIR - Avril 2010
A peine 5,6 millions de français ont été vaccinés contre la grippe A/H1N1 alors que le gouvernement avait acheté 94 millions de doses.

Trois enquêtes sont en cours pour comprendre ce fiasco. La Cour des Comptes s'intéresse à la gestion de l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires, qui a organisé les achats de vaccins. Une commission d'enquête du Sénat travaille sur le "rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la grippe A." Et une autre, de l'Assemblée nationale, se penche "sur les causes de l'échec de la campagne de vaccination."

 

L'Académie nationale de médecine considère, quant à elle, que "l'acquisition des vaccins aurait dû se faire par étape, en fonction de l'évolution de la pandémie au sein de la population générale," qu'il aurait fallu débattre pour faire un choix éclairé entre vaccination de masse ou vaccination ciblée sur les personnes à risques. Elle dénonce aussi "des excès de la communication" susceptibles "d'émousser l'adhésion de la population en cas d'une nouvelle alerte de santé publique."

L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques a, lui, évoqué des lacunes : concertation insuffisante au sommet de l'Etat, communication publique peu convaincante, erreur de ne pas associer les professionnels de la santé à la vaccination. Président du groupe d'études Santé environnemental, le député Gérard Bapt juge, enfin, que la suspicion pèse toujours sur les experts, notamment ceux de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Pour renforcer leur indépendance, le groupe examine diverses pistes : mieux explorer les déclarations de conflits d'intérêts, publier les montants exacts des rémunérations de l'industrie pharmaceutique, rendre pénalement responsable les experts en cas d'omissions, organiser des expertises contradictoires ou créer une haute autorité de l'alerte et de l'expertise.

Les commentaires sont fermés.