Europe : Dossiers SOS JUSTICE

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2012

Obama et Sarkozy sont des présidents illégaux!

 
Ce fantôme est coupable de haute trahison contre notre pays!

Obama et Sarkozy sont des présidents illégaux!

Quoi de plus dangereux dans une démocratie lorsque les gouvernants s'élèvent au-dessus des lois celle-ci tourne vite alors au despotisme. Tout ce qu'entreprend le despote est alors signé du sceau de l'infamie en ne prétendant plus agir au nom du peuple et de l'état de droit. C'est le cas aujourd'hui, en 2012, de deux présidents de deux pays qui se présentent comme deux grandes démocraties dans le monde: les USA et la France. Deux pays qui font la guerre au nom des droits de l'homme et qui pourtant bafouent les droits de leur propre peuple!

Sarkozy a falsifié son identité présidentielle.

Ce fantôme est coupable de haute trahison contre notre pays!

Article 5 de la constitution française:

Art. 5. Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat. Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités.

Le document qui prouve que Sarkozy usurpe son identité et donc vole l'élection présidentielle:
Plainte du 9 février 2012 - Election illégale de Sarkozy


Rappel du dossier : Affaire Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY. Opposition à sa réélection présidentielle. Plainte du 9 février 2012
http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2012/03/18/af...

 

Nicolas Sarkozy ne s'appelle pas Nicolas Sarkozy! Il s'appelle Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. Il ne se présente donc pas à l'élection présidentielle, comme en 2007 bien entendu, sous son vrai nom mais sous un nom d'emprunt qui n'est pas le sien, et cela est contraire à la loi.
Cela n'est pas anodin pour plusieurs raisons:

  1.  Il montre dès son élection qu'il entend ne pas se conformer aux lois de la république, ce qui est un très mauvais signe envoyé lorsque l'on prétend gouverner un pays.
  2.  Toutes ses actions entreprises pendant sa période présidentielle l'auront été sous le faux-nom de Nicolas Sarkozy ce qui aura pour conséquences de le dédouaner face à l'histoire si un jour on estime devoir le juger pour haute trahison à notre pays, et il y a beaucoup de raisons pour cela.
  3.  Toute la période présidentielle de Sarközy de Nagy-Bocsa est donc illégale et peut être déclarée nulle et non avenue. C'est donc une période de l'histoire de France que l'on peut qualifier de trou noir parce que le président aura été un fantôme.

Ce président fantôme aura commencé son mandat en décidant d'imposer un traité européen à la France de son propre chef et faisant preuve d'un pouvoir arbitraire! C'est cela le despotisme.

« Comment le président de la République peut-il décider seul de faire ratifier le traité de Lisbonne par voie parlementaire ? » s'indigne Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l'université de Rennes 1. La démarche de Nicolas Sarkozy est « arbitraire » et « confine à la dictature » assure la professeure qui suggère aux députés de se constituer en haute cour pour « sanctionner le coupable »

De plus c'est ce président qui aura été le plus actif pour abandonner notre souveraineté nationale en faveur de l'Europe, dernièrement le MES pour imposer aux français la solidarité financière avec les peuples en perdition dans la zone euro tout en instaurant la rigueur!, et la règle d'or budgétaire qui va donner le pouvoir de contrôle non plus au parlement français mais aux bureaucrates européens sans aucun mandat démocratique de la part du peuple français, et envers l'empire americano-sioniste. Sa servilité à faire des guerres en première ligne de l'Otan et sa servilité maintes fois répétée à l'égard d'Israël montre qu'il sera prêt à envoyer les armées de notre pays au côté de l'empire sans réfléchir aux conséquences pour le peuple français. Son accord à l'embargo sr le brut iranien est aussi la cause de la hausse de l'essence pour les français sans qu'il ne fasse le geste de baisser les taxes pétrolières! Perdant-perdant dans tous les cas avec Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa.

Voilà ce que c'est que d'investir à la tête de notre pays un président qui n'aime pas la France et qui voyait en Bush la voie à suivre pour notre pays. Un rappel ultime de ce qu'est Sarkozy par son ami Eric Besson en 2007 avant qu'il ne change opportunément de camp.
Les grandes lignes:

  • L'apologiste du communautarisme religieux. Pour un pays qui prétend défendre la laïcité c'est malvenu'!
  • Le sécuritaire dangereux et inefficace. Le pire qui pouvait nous arriver comme on le constate avec l'incurie et les mensonges de la police lors de l'affaire Mohammed Merah. Un président qui prétend faire du tout sécuritaire t qui a passé son mandat à affaiblir les forces de police tout en les regroupant sous son seul pouvoir! Vous avez dit despotisme?
  • Le vrai libéral et faux pragmatique. Vous croyez qu'il allait défendre tout ou partie du modèle français? Pas du tout. Il est mandaté pour conformer la France au pire du modèle libéral: tout pour les riches.
  • Le clone de Bush. Notre réintégration de l'Otan et notre passage en première ligne en est le symbole. La France n'est plus la France.

Merci Monsieur Besson! A lire: Les inquiétantes ruptures de Sarkozy.

Obama a falsifié son extrait de naissance!

Il a quand même juré sur la constitution et sur la Bible!

Aux USA, pays modèle démocratique pour bon nombre de veaux français, il faut être né sur le sol américain pour avoir le droit de se présenter aux élections. Or Barack Obama n'a jamais réussi à faire la preuve de sa naissance à Hawaï. Il a toujours refusé de montrer ses papiers et il n'a produit qu'un document qui est aujourd'hui, et depuis 2008, sérieusement remis en cause!

Certificat de naissance d'Obama Un important policier américain rejoint l'avis des "conspirationnistes"

 http://www.dailymotion.com/video/xpnxcg_certificat-de-naissance-d-obama-un-important-policier-americain-rejoint-l-avis-des-conspirationniste_news#from=embed



C'est un nouveau rebondissement qui s'est produit début mars 2012 aux Etats-Unis à propos du certificat de naissance assez douteux d'Obama, dont nous avions parlé à diverses reprises par le passé, puisque l'un des shérifs les plus célèbres des Etats-Unis, Joe Arapaio, vient lui-même de mettre en doute le certificat de naissance du Prix Noble de la Paix, Chef de Guerre en Irak, en Libye, en Afghanistan, au Pakistan et sans doute bientôt en Syrie voire en Iran, grand ordonnateur de liquidations sommaires y compris de ses propres citoyens (!)…

Le pire c'est qu'il est par un chef de la police chargé de prouver que ce document était vrai! Mais devant l'évidence de la fraude il ne peut pas se taire. La loi est la loi et doit être la même pour tout le monde. Non? surtout lorsque ça concerne un président de la plus grande démocratie du monde…

Lire article + commentaire!: L'acte de naissance d'Obama est faux!

Conclusion?

Nous sommes gouvernés par une mafia mondiale

Nous vivons dans un monde de type mafieux où ceux qui tirent les ficelles derrière le rideau placent leurs hommes dans les pays à leur convenance et pour faire avancer leur agenda. Peu importe que pour cela ils doivent contrevenir aux lois constitutionnelles des pays puisque de toutes façons tout le monde est complice! Finalement c'est cela le pire, c'est s'apercevoir qu'il n'y a plus personne lorsque l'on attend le haut de la pyramide pour faire respecter la loi constitutionnelle du pays. Tous complices! Personne n'a osé faire appliquer la loi par peur, par faiblesse et par corruption.

En haut ils s'arrangent comme ils veulent mais en bas rien ne doit nous être épargné. C'est la conception de LEUR démocratie qu'ils nous vendent à longueur de journée, vous y croyez encore?

http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/03/24/obama-et-sarkozy-sont-des-presidents-illegaux/

 

02/04/2012

Plainte contre Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA. Interview du 31 mars 2012 par la Radio la Voix de l'Afrique

Quand la presse française aux ordres de ses maîtres et des politiques, censure des informations capitales pour le Peuple Français pour empêcher un imposteur de se représenter aux élections présidentielles sous un nom qui n'existe pas dans les mairies de tous les arrondissements de Paris. La Presse Internationale Africaine nous accorde une interview en direct et sans aucune censure !

Mirella CARBONATTO et Maître Philippe FORTABAT-LABATUT interviewés le 31 mars 2012 par la Radio La Voix d'Afrique.

LES GRANDES INTERVIEWS

by Radio la voix dAfrique

in News

Emission animée par Peter One avec la collaboration de Azo Kodie et Marcellin Quenum.
http://www.blogtalkradio.com/radio-la-voix-d-afrique/2012/03/31/les-grandes-interviews

Nouvelle image (16).jpg

En streaming à partir de la 17ème minute. Les minutes précédentes étant réservées à l'établissement de la liaison entre le New Jersey et la France.

Listen to internet radio with Radio la voix dAfrique on Blog Talk Radio


Rappel de la plainte, cliquez sur les deux liens ci-dessous :

Affaire Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY. Opposition à sa réélection présidentielle. Plainte du 9 février 2012

Pétition : Plainte contre Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY - Opposition à sa réélection présidentielle

 

Le code du streming de l'interview, ci-dessous pour le mettre sur les blogs et les forums.

 

<object classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase='http://download.adobe.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,0,0' width='210' height='105' name="209023" id="209023"><param name="movie" value="http://www.blogtalkradio.com/btrplayer.swf?file=http%3A%2..." /><param name="quality" value="high" /><param name="wmode" value="transparent" /><param name="menu" value="false" /><param name="allowScriptAccess" value="always" /><embed src="http://www.blogtalkradio.com/btrplayer.swf" flashvars="file=http%3A%2F%2Fwww.blogtalkradio.com%2Fradio-la-voix-d-afrique%2F2012%2F03%2F31%2Fles-grandes-interviews%2fplaylist.xml&autostart=false&shuffle=false&callback=http://www.blogtalkradio.com/FlashPlayerCallback.aspx&width=210&height=105&volume=80&corner=rounded" width="210" height="105" type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" quality="high" wmode="transparent" menu="false" name="209023" id="209023" allowScriptAccess="always"></embed></object><div style="font-size: 10px;text-align: center; width:220px;"> Listen to <a href="http://www.blogtalkradio.com">internet radio</a> with <a href="http://www.blogtalkradio.com/radio-la-voix-d-afrique">... la voix dAfrique</a> on Blog Talk Radio</div>

 

 

 

 

07/09/2011

Takieddine : les révélations qui embarrassent l'Elysée

Avec un peu de retard, mais toujours valable pour identifier les RIPOUX de la RIPOUX-PLIQUE  !

Pas étonnant que des liens existants entre marchands d'armes et les Ripoux de la République, ils soient nécessaire d'envoyer nos armées faire la guerre en Afghanistan, en Afrique, en Libye et ailleurs !

Takieddine : les révélations qui embarrassent l'Elysée

Mediapart dévoile les liens entre le marchand d'armes de l'affaire Karachi et la droite au pouvoir, notamment Copé et Hortefeux.

Brice Hortefeux et Ziad Takieddine (Mediapart).

Pendant que le reste de la presse égrène ses feuilletons d'été « siesteux », Mediapart sort l'artillerie lourde : depuis dix jours, les révélations du site sur les liens de Nicolas Sarkozy et ses proches avec le sulfureux homme d'affaires Ziad Takieddine jettent un froid glacial chez Jean-François Copé, Brice Hortefeux et à l'Elysée.

Nos confrères ont baptisé leur feuilleton « Les documents Takieddine », du nom de ce Franco-Libanais déjà connu comme principal suspect dans le volet financier de l'affaire de l'attentat de Karachi.

Documents et photos à l'appui, Mediapart nous apprend que le millionnaire Takieddine ne paie pas d'impôt en France, qu'il a offert des vacances aux deux dignitaires de l'UMP cités plus haut, que le ministère de l'Intérieur lui avait garanti, à l'époque où Nicolas Sarkozy détenait ce portefeuille, 350 millions d'euros de commission dans un contrat d'armement, ou encore que Takieddine a effectué pour près de 12 millions d'euros de mystérieux « paiements secrets » entre 2003 et 2008.

Mais le plus grand mystère de cette histoire, c'est qu'elle n'intéresse que très peu le reste de la presse.

Le millionnaire Ziad Takieddine paie zéro impôt

Le deuxième volet de l'enquête de Mediapart est le seul à avoir un peu ému les médias, surtout depuis que l'opposition socialiste s'en est saisie.

Selon les documents qu'a obtenus le site, ce citoyen franco-libanais exerçant la lucrative profession d'intermédiaire dans les marchés d'armement possède en France un patrimoine de plus de 40 millions d'euros : appartement dans le XVIe arrondissement parisien (12 millions), villas et appartement au cap d'Antibes (16 millions au total), etc. Il a aussi touché, par son travail, des dizaines de millions d'euros de commissions.

Pourtant, Takieddine ne paie ici ni impôt sur le revenu, ni impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Le porte-parole du PS Benoît Hamon a demandé à la ministre du Budget, Valérie Pécresse, des « éclaircissements » sur cette situation, alors que le président socialiste de la commission des finances de l'Assemblée, Jérôme Cahuzac, a annoncé qu'il comptait exercer son « pouvoir de contrôle ».

Les luxueuses vacances de Copé et Hortefeux

Les principaux dignitaires de la droite sarkozyste n'ignorent pourtant rien du patrimoine de Ziad Takieddine. Au moins quatre proches de Nicolas Sarkozy ont pu en mesurer le luxe et la valeur, à vue de nez : le patron de l'UMP, Jean-François Copé, le conseiller de l'Elysée et ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, Pierre Charon, conseiller plus ou moins officieux du président de la République, et Thierry Gaubert, ex-collaborateur de Sarkozy dont le domicile a été perquisitionné début juillet dans l'enquête sur l'affaire Karachi.

Si Charon n'a touché que 110,13 euros de Takieddine, les autres, ainsi que l'homme d'affaires Dominique Desseigne (autre ami de Sarkozy et propriétaire du Fouquet's), ont plusieurs fois été invités en vacances chez lui. Mediapart publie de nombreuses photos d'eux sur le yacht de Takieddine, dans la villa de Takieddine, etc.

Hortefeux dit avoir été « une fois ou deux chez lui », quand il n'était « pas au gouvernement ». Copé, lui, parle de « relations strictement amicales, sans aucun lien » avec ses « activités électives ou ministérielles ».

A l'époque pourtant, dans la première moitié des années 2000, au ministère de l'Intérieur, Brice Hortefeux était chargé, avec Claude Guéant, de négocier le juteux contrat « Miksa » (7 milliards d'euros) sur la surveillance des frontières de l'Arabie saoudite, au nom d'une société dépendant du ministère, Civipol Conseil. L'intermédiaire entre le ministère et la pétro-monarchie ? Ziad Takieddine.

L'ex-chiraquien Jean-François Copé, lui, a occupé pendant cette période divers postes ministériels stratégiques, dont le Budget et un secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur. Selon Mediapart :

« [Takieddine a] pris en charge, via la société Translebanon, les voyages de Jean-François Copé et de son épouse à Londres puis à Venise, en octobre 2004. Et encore une fois à Londres, en octobre 2005. En octobre 2003, il fait aussi visiter le Liban à celui qui est alors secrétaire d'Etat des Relations avec le Parlement […].

A la date du 7 avril 2004, un “avoir de la famille Copé” s'élevant à 19 050 euros [figure] dans les comptes de l'intermédiaire. »

 

Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine au cap d'Antibes, en août 2003 (Mediapart) (cliquez pour agrandir)

Chirac stoppe le contrat, Takieddine a un accident

Début 2004, l'Elysée de Chirac interrompt les négociations pour le contrat Miksa menées par la place Beauvau de Sarkozy : les chiraquiens craignent que les sarkozystes s'en servent pour financer leur camp.

Avec force documents, Mediapart détaille toutes les négociations secrètes menées entre 2002 et 2004 par Sarkozy, Hortefeux et Takieddine. Le site révèle aussi un projet de contrat, signé en 2003 entre la Civipol, qui dépendait de Sarkozy, et une société off-shore de Gibraltar que nos confrères présentent comme émanant de Takieddine. Il y est prévu que l'intermédiaire franco-libanais touche 5% du contrat, soit 350 millions d'euros.

Mais Chirac prive son ministre de Miksa. Peu après, en avril 2004, Ziad Takieddine est victime d'un mystérieux accident de voiture, alors qu'il est en vacances à l'île Moustique, et tombe dans le coma. Mediapart révèle qu'il a été littéralement sauvé par Thierry Gaubert et Jean-François Copé, qui l'ont fait soigner puis rapatrier.

Début 2010, Takieddine disait, dans Le JDD, avoir été victime d'une tentative d'assassinat. Mediapart relève qu'il est « peu explicite » sur les supposés commanditaires. Un peu plus loin, il accuse Villepin et Chirac d'avoir « fait que la France passe aujourd'hui pour un des pays les plus corrompus au monde »…

Miksa, le « contrat du siècle », a finalement été partiellement remporté par EADS en 2009.

12 millions de « paiements secrets » pour qui ?

Au milieu des années 90, les mêmes acteurs sont réunis, mais la pièce est différente. Vainqueur de la guerre fratricide à droite contre Balladur, Chirac interrompt en 1996 deux autres contrats d'armement signés grâce à Takieddine. Pour la même raison : il ne veut pas que les balladuriens (bientôt mués en sarkozystes) se constituent un trésor de guerre.

Ces contrats sont ceux des sous-marins de Karachi et de frégates vendues à l'Arabie saoudite (le contrat Sawari 2, de 28 milliards de francs). Takieddine, qui veut obtenir salaire pour son travail, finit par toucher 130 millions de dollars de compensation pour les frégates.

Nos confrères retracent le destin d'une partie de ces fonds. Et révèlent une rubrique tirée d'un « tableau analytique » des dépenses de Ziad Takieddine, très mystérieusement baptisée « paiement secrets ». Au total, 11 863 176 euros de 2003 à 2008. Avec des pointes autour de 4,5 millions en 2005 et 2006, années pré-électorales. Que sont devenus ces fonds ? Mystère.

« Allez donc voir ce que Villepin a touché »

Takieddine, lui, voue Mediapart aux gémonies :

« Qu'est-ce que vous voulez ? Vous voulez abattre un président de la République ? Eh bien faites-le, à votre manière. Je n'ai rien à vous dire, sauf vous attaquer.

Allez donc voir ce que Villepin a touché. Je suis un homme propre et vous êtes sale. Vous êtes une des saletés les plus performantes dans la saleté. »

 

Finalement, son avocate a annoncé à Paris Match qu'il n'attaquera pas le site.

Les couples Copé, Takieddine et Hortefeux devant le yacht du marchand d'armes, en août 2003 (Mediapart).

Photos : Brice Hortefeux et Ziad Takieddine ; Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine au cap d'Antibes, en août 2003 ; les couples Copé, Takieddine et Hortefeux devant le yacht du marchand d'armes, en août 2003 (Mediapart).

 

16/12/2010

WikiLeaks : Julian Assange obtient sa libération conditionnelle ! La théorie de la conspiration gagnerait-elle le gouvernement US ?

A mourir de rire !

 

 Ha ! Ha ! Ha ! Il y a de quoi mourir de rire en lisant cela !

Le fondateur de WikiLeaks va pouvoir sortir de prison, mais dans des conditions très strictes.

Julian Assange (AFP)
Julian Assange (AFP)

La Haute cour de Justice de Londres a accordé, jeudi 16 décembre, en appel la liberté conditionnelle au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, au terme d'une audience de 90 minutes.

Le fondateur de WikiLeaks, détenu à Londres dans le cadre d'une procédure d'extradition vers la Suède, bataillait pour la troisième fois devant la justice britannique.

Julian Assange peut sortir de prison mais dans des conditions très strictes : il devra porter un bracelet électronique et sera assigné à résidence dans une propriété mise à sa disposition par un de ses partisans, à environ 200 km de Londres. Une "assignation dans un manoir", ont commenté non sans humour ses avocats. Il devra aussi et surtout réunir une caution de 240.000 livres (283.000 euros) en liquide. Un éventail de célébrités a promis de mettre la main à la poche, à commencer par le réalisateur américain Michael Moore qui dit avoir offert 20.000 dollars au fondateur de WikiLeaks. "Nous pensons que nous aurons l'argent aujourd'hui", a déclaré Mark Stephens sur les marches du tribunal.

 

Un appel "sans consulter les autorités suédoises"

Julian Assange, qui se dit victime d'une machination en représailles à la publication par WikiLeaks de miliers de documents diplomatiques confidentiels américains, avait déjà tenté par deux fois d'obtenir de la justice sa libération : la première quelques heures après sa reddition à la police le 7 décembre, la seconde mardi.

Julian Assange et ses avocats avaient même cru un moment mardi emporter la partie, le juge britannique ayant décidé de le libérer sous caution. Mais le parquet britannique, qui représente le gouvernement suédois, à l'origine de la demande d'extradition d'Assange dans le cadre d'une enquête pour agressions sexuelles, avait immédiatement fait appel, estimant que le fondateur de WikiLeaks pouvait s'enfuir s'il était libéré.

La Suède a tenu à souligner qu'elle n'avait pas été consultée avant cet appel.

 

Les Etats-Unis veulent inculper Assange pour conspiration------La première puissance meutrière mondiale qui se laisserait abuser par un militaire et par Assange !
Y croyez-vous ?

De son côté, la justice américaine tente de déterminer si Julian Assange a incité ou aidé le soldat Bradley Manning à faire fuiter une partie des 250.000 télégrammes diplomatiques confidentiels, rapporte le New York Times. S'ils y parviennent, les procureurs fédéraux pourraient inculper Julian Assange de conspiration, ajoute le journal qui cite une source proche de l'affaire.

Les procureurs examineraient notamment une discussion électronique entre Bradley Manning et un ancien pirate informatique, Adrian Lamo, qui a prévenu les autorités. Bradley Manning s'y targuerait d'avoir été en communication directe avec Julian Assange alors qu'il téléchargeait les documents.

Face à l'embarras provoqué par la publication de télégrammes du département américain d'Etat, l'administration américaine étudie les moyens de déclencher des poursuites judiciaires contre le site WikiLeaks, qui pourraient s'appuyer sur une loi de 1917 contre l'espionnage.

(Nouvelobs.com avec AFP et Reuters)

Sur le même sujet

 

18/11/2010

La zone euro acte le principe d'une aide à l'Irlande

Et allez, encore un petit coup de perfusion à l'Irlande pour enrichir les Reptiliens (les banquiers privés et les multinationales) et ruiner les peuples européens !

Pourquoi ? Endetter et ruiner tous les pays pour favoriser l'instauration du Nouvel Ordre Mondial à tout prix en faveur des reptiliens et leurs Grands Dieux Annunakis !

C'est bien comme cela que l'on s'accapare la Terre et ses richesses, après avoir détruit les 2/3 de la population mondiale, non ?

La zone euro acte le principe d'une aide à l'Irlande

17/11/10 07:50 par Julien Toyer

BRUXELLES (Reuters) - Le principe d'une aide à l'Irlande afin de venir à bout de ses problèmes budgétaires et financiers a été acté mardi par les ministres des Finances de la zone euro, même si le déclenchement en a été remis à plus tard.

Dublin se refuse toujours à demander formellement le soutien de ses pairs de l'Eurogroupe mais les autorités irlandaises ont accepté de recevoir dès jeudi matin une mission conjointe de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international afin d'étudier un soutien au pays.

La remise des conclusions de cette mission est "une question de jours", a précisé la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, qui a dit que le plan irait au-delà d'une simple aide aux banques irlandaises en détresse.

"Nous nous félicitons de la détermination du gouvernement irlandais à engager une discussion courte et ciblée avec la Commission européenne, la BCE et le FMI afin de déterminer le meilleur moyen d'apporter tout le soutien nécessaire pour faire face aux risques de marché, en particulier concernant le secteur bancaire", a déclaré à la presse le Président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

"Nous confirmons que nous agirons qu'en tant qu'Eurogroupe et en tant que 17 membres de l'Eurogroupe sans exception pour préserver la stabilité financière de la zone euro si nécessaire et que nous avons les moyens à disposition pour le faire", a-t-il poursuivi.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a précisé que la mission conjointe concentrerait ses efforts sur la restructuration du secteur bancaire irlandais, durement touché par la crise et qui a passé les derniers mois sous perfusion de la BCE.

CALENDRIER

Le calendrier d'activation de cette aide, qui reposera sur le Fonds de soutien à la zone euro de 500 milliards d'euros décidé en mai (1), reste cependant incertain.

Si l'Etat irlandais est financé jusqu'à mi-2011 et n'a pas un besoin immédiat de recourir aux marchés financiers, la BCE et un nombre croissant d'Etats membres se sont prononcés au cours des derniers jours pour une anticipation de l'aide afin d'endiguer toute contagion de la défiance à la zone euro.

Mardi soir, c'est le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, qui s'est joint à ces appels et a dit espérer que les choses aillent le plus vite possible. "Il faut faire en sorte de bouger très, très vite et d'avoir une combinaison de réformes politiques qui aident à résoudre les problèmes de fond avec un soutien financier temporaire pour aider les pays à traverser ces problèmes", a-t-il déclaré.

Christine Lagarde a certes déclaré qu'il s'agirait d'une "affaire de jours plutôt que de six mois" mais le gouvernement irlandais reste contraint par son agenda national.

Le Premier ministre Brian Cowen a prévu de communiquer la semaine prochaine le détail du plan d'économies sur quatre ans qui doit lui permettre de résorber un déficit qui a bondi à 32% cette année sous le poids de l'aide au secteur bancaire, avant de présenter son budget pour 2011 le 7 décembre.

Il doit aussi affronter une élection législative partielle le 25 novembre qui, en cas de défaite, pourrait affaiblir encore sa position au Parlement.

Il pourrait vouloir attendre jusqu'à cette date au moins pour solliciter une aide car celle-ci s'accompagnera immanquablement d'un nouveau plan de réformes structurelles qui pourrait être lui être politiquement coûteux.

HABILLAGE

Dublin redoute notamment que ses partenaires européens lui réclament une hausse de l'impôt sur les sociétés - de 12,5% actuellement et l'un des plus bas en Europe - qui est à la base du miracle irlandais et que les Irlandais eux-mêmes sont prêts à défendre bec et ongles.

Le gouvernement de Brian Cowen souhaite donc présenter le soutien européen comme une aide strictement limitée à son secteur bancaire ne remettant pas en cause la souveraineté du pays pour décider de sa politique fiscale et budgétaire.

A l'issue de la réunion, le ministre irlandais des Finances, Brian Lenihan, s'est d'ailleurs dit prêt à recevoir une aide afin de résoudre les problèmes de son secteur bancaire mais a indiqué qu'une aide financière à son pays "n'était pas inévitable".

Cette interprétation restrictive risque toutefois de faire long feu.

"Il ne faut pas présenter cela comme un plan de soutien aux banques", a déclaré Christine Lagarde. Et plusieurs diplomates de haut rang ont ensuite confirmé qu'il s'agirait d'un plan "beaucoup plus large que le seul secteur bancaire".

Il n'est pas exclu que la Grande-Bretagne, qui ne participe pas au Fonds européen de stabilité financière (FESF) de 440 milliards d'euros mais dont les banques sont fortement exposées à la dette irlandaise, décide d'y participer via des prêts bilatéraux, ont précisé d'autres sources.

L'écart de rendement entre les obligations à dix ans irlandais et le papier équivalent allemand, c'est-à-dire la différence des primes réclamées à l'Irlande et à l'Allemagne pour financer leurs dettes, s'est creusé de 23 points de base, à 585 pdb, sur la journée de mardi, également marquée par une chute de plus de 2% des principales Bourses européennes en raison des inquiétudes concernant l'Irlande et les autres pays dits "périphériques".

(1) Ces 500 milliards d'euros sont constitués du Mécanisme européen de stabilité financière (MESF), qui peut prêter jusqu'à 60 mds, et du Fonds européen de stabilité financière (FESF), doté de l'équivalent de 440 mds en garanties des différents Etats européens.

Julien Toyer, édité par Benoît Van Overstraeten et Henri-Pierre André

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/2010111...

17/11/2010

Le ras-le-bol d'un français qui nous écrit ce jour

Nous publions son mail et vous laissons seuls juges de ses propos.
Nous ne sommes pas d'accord sur tout, mais ce mail reflète bien l'état d'esprit de nombreux français qui sont lucides sur la dictature qui nous est imposée depuis quelques décennies et notamment, disons-le, depuis l'élection illégale de Sarkozy et de ses copains !
  
Début du mail :
 
Bonjour,
 
 
J'adore entendre à longueur de journée les hommes politiques et les journaleux dire, répéter et marteler, que nous sommes en démocratie, à mon avis ils ont oublié le sens exact de ce mot depuis fort longtemps, en vérité nous sommes dans la pire des dictatures, celle qui se prétend démocratique mais qui ne l'est pas du tout !
 
Exemples :

- Le référendum de 2OO5 sur la Constitution Européenne, refusée par le peuple, mais passée en force par l'équipe à Sarko sous forme du traité simplifié de Lisbonne,
- Les lois françaises ne sont plus le fruit de nos députés (élus par le peuple), mais celui de quelques technocrates NON élus de Bruxelles,
- Un système électoral qui fait en sorte que plus de 15 % des français ne sont pas du tout représentés à l'assemblée Nationale,
- Les partis politiques UMP, PS, Vert, Modem, NPA, Communistes sont tous des partis du système. Tous des mondialistes pour qui la France doit disparaître au profit des multi-nationales . Donc, que tu votes à gauche ou à droite c'est la même chose, tu te retrouves toujours avec la même politique,
- 99 % des médias appartiennent (et sont corrompus à grand coup de budgets publicitaires ), aux multi- nationales. Malheur ! au journaliste qui voudrait le faire remarquer ou ne pas tenir le discours de la propagande étatique. Il serait aussitôt viré et n'aurait plus qu'à aller pointer au chômage,
- On ne nous proposera JAMAIS  un référendum sur les sujets qui nous intéressent - Les OGM - Sortir ou non du nucléaire - revenir ou pas à une agriculture biologique - Faire payer des droits de douanes aux produits fabriqués dans les pays ou la main d'œuvre est exploitée - Annuler la dette de la France ? - Interdire l'immigration ? - Réserver les avantages sociaux au français ? - Etc. ...
- On envoie notre armée faire la guerre et tuer des innocents en Irak et en Afghanistan pour permettre aux multi-nationales de piller leurs matières premières et de reconstruire leur pays après que notre armée l'ai détruit,
- On invente des lois, genre, la Loi Gayssot pour empêcher les gens de parler de l'histoire du XXème siècle ? C'est la preuve typique d'une dictature, tu n'as plus le droit de dire que tu n'es pas d'accord avec la version officielle de l'histoire, demain ils vont faire une loi pour interdire aux gens de contredire la version officielle du 11 septembre 2001. ( Y'a déjà un père de 8 enfants, en France qui est prison pour ses opinions).
- On a une justice à 3 vitesses : celle pour l'hyper classe, celle pour les voyous récidivistes et celle pour les bons Gaulois qui s'en prennent plein la gueule au moindre faux pas,
- On est tous fichés ! Y'a des caméras partout, demain ils vont nous implanter une puce RFID pour notre bien ! Et un microscope dans le cul ! Vous allez voir !
- Le gouvernement fait en sorte de tout privatiser :  la Poste, l'EDF, La compagnie des eaux , etc. ... Il brade le patrimoine des français au profit de quelques milliardaires et autre copains coquins.

Moi je n'ai pas l'impression d'être en démocratie ! J'ai l'impression de vivre dans une dictature qui ne dit pas son nom et d'être pris pour un con depuis que Pompidou (Ex directeur de la banque Rothschild ) a fait cadeau de notre planche à billets à son ex-employeur (depuis cette époque-là l'état français paie des intérêts pour se faire prêter de l'argent par les banques privées pour fabriquer des lignes de crédit et quelques billets, à sa place ).

La France, l'Etat, la Bourse, la Justice sont corrompus et sous les ordres des banquiers et nous sommes leurs esclaves sans le savoir !

Nous n'avons pas encore de chaînes aux pieds mais ça viendra,  vous pouvez en être sûrs ...
Nous sommes de la merde pour ces gens-là , et ils ne manqueront pas de déclencher une 3ème guerre mondiale si leurs privilèges étaient en danger !

ALORS DEVINEZ POUR QUI JE VAIS VOTER LA PROCHAINE FOIS ?
 
Rodolphe LEFEVRE


Une piqûre de rappel pour ceux qui dorment encore !

La marche contre le Nouvel Ordre Mondial

http://www.youtube.com/watch?v=yKySlYXTKoQ


14/07/2010

Sarkozy : Illuminati-reptilien ?

Ouvrez les yeux !
Regardez le signe de la main que fait Sarkozy ! La main cornue, le signe satanique des Illuminati-reptiliens ?

Sarko main cornue.jpg

EN DIRECT. Nicolas Sarkozy sur France 2 : «Eric Woerth a toute ma confiance»

12.07.2010, 20h06 | Mise à jour : 20h22

Après un mois de polémiques qui ont atteint le sommet de l'Etat, Nicolas Sarkozy espère, ce lundi soir sur 2, parvenir à mettre un point final à l'affaire Bettencourt-Woerth et recentrer le débat sur les «problèmes de fond», à commencer par la réforme des retraites. Pour sa première prestation en direct depuis le 25 janvier, le chef de l'Etat est interrogé depuis 20h15 par David Pujadas, sur une terrasse des jardins de l'Elysée. Installé face à Nicolas Sarkozy, une table les séparant, le journaliste de France 2 a commencé l'entretien par le feuilleton Bettencourt, qui atteint de plein fouet le ministre du Travail, Eric Woerth, en charge de la réforme emblématique des retraites.

«Eric Woerth a toute ma confiance», a immédiatement souligné le président.

Il devrait ensuite aborder des «sujets essentiels», selon un responsable de la majorité : les retraites, l'emploi, le chômage, la sécurité.

Malgré les appels pressants de la gauche et de plusieurs ténors de sa propre majorité, Nicolas Sarkozy devrait réaffirmer qu'il n'y aura «pas de remaniement avant la rentrée».

Au plus bas dans les sondages, il compte aussi sur cette interview pour regagner des points parmi les classes populaires et les classes moyennes qui ont le sentiment d'être les premières victimes de la rigueur.

http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-nicolas-sark...

Et si vous avez encore un doute, regardez cette vidéo. A vous d'en juger.

 

Illuminati Pouvoir & Signes (la face cachée)

http://www.youtube.com/watch?v=fB-t33gJEKg

 


 

Eric Woerth aurait "bradé" l'hippodrome de Compiègne

Voici comment ils détournent le patrimoine national français au profit de leurs sociétés et de leur amis  ai soi-disant bénéfice de l'Etat Français !

Français réjouissez-vous, nous n'avons affaire qu'à des corrompus !

Petit rappel sur la Société Hippique détenue par la Dame Woerth

Le haras qui rit de Florence Woerth
http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2010/07/11/le-haras-qui-rit-de-florence-woerth.html

----------------------------------------------------------

Bénéficiaire : une société amie, selon Le Canard enchaîné. Bercy dément.

Des cavaliers dans la forêt de Compiègne AFP
Des cavaliers dans la forêt de Compiègne AFP

Eric Woerth "a bradé" à une société amie l'hippodrome de Compiègne lorsqu'il était au Budget, affirme Le Canard enchaîné du mercredi 14 juillet. Le ministère du Budget a cependant démenti cette information, assurant que la cession "s'est déroulée de manière tout à fait légale et dans l'intérêt de l'Etat".

Selon Le Canard enchaîné, Eric Woerth, six jours avant de quitter le ministère du Budget, "a bradé une parcelle de la forêt de Compiègne avec son hippodrome et son golf à une association amie", la Société des Courses de Compiègne (Oise), jusqu'alors locataire des lieux, pour 2,5 millions d'euros.

Pas d'appel d'offre

"Cette transaction a été conclue de gré à gré sans enchère, ni appel d'offres", ajoute Le Canard enchaîné, qui assure que le président de la Société des Courses de Compiègne, Antoine Gilibert, est un "familier de Chantilly, de son hippodrome et de son maire Eric Woerth".

Eric Woerth, actuellement ministre du Travail, est maire de Chantilly, dans l'Oise, où son épouse a monté une petite écurie de galopeurs.

Interrogé par l'AFP, Bercy a assuré que "la cession de l'hippodrome de Compiègne s'est déroulée de manière tout à fait légale et dans l'intérêt de l'Etat".

D'après le ministère, "le droit forestier et domanial permettent la vente d'une partie d'un domaine public forestier à trois conditions", réunies dans cette transaction : une parcelle de moins 150 hectares, l'absence d'impact écologique et qu'il ne s'agisse pas d'une exploitation forestière.

"Dans le strict respect du droit"

Le quotidien satirique affirme aussi que le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire "s'était battu contre cette vente qu'il jugeait illégale", l'hippodrome appartenant à la forêt de Compiègne.

Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Agriculture a expliqué qu'"il y avait bien eu" des échanges entre les ministres Woerth et Le Maire pour la cession de l'hippodrome, et que "ces opérations ont été réalisées dans le strict respect du droit".

Cette vente a été aussi évoquée mardi sur le site de l'hebdomadaire Marianne qui écrit : "Quelques jours avant son transfert au ministère du Travail, en mars 2010, le ministre du Budget organisait la vente de l'hippodrome de Compiègne à des amis d'amis, au prix d'une acrobatie juridique".

(Nouvelobs.com avec AFP)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/201007...

Pour la presse étrangère, le "Woerthgate" crée "une atmosphère toxique"

Les développements de l'affaire Bettencourt-Woerth sont attentivement suivis à l'étranger. Les journaux décrivent une "crise politique totale".

Grande-Bretagne

La presse britannique attaque bille en tête Nicolas Sarkozy. Pour The Economist, "l'atmosphère politique est toxique". L'affaire Bettencourt, qui a tous les ingrédients d'un "soap-opera" hollywoodien, ne fera que "discréditer" le président de la République, voire aboutir à une "crise politique totale". Eric Woerth est également dans la ligne de mire de l'hebdomadaire, qui se demande si le ministre du Travail est "Woerthy » pour le poste (worthy=digne).

Pour la presse étrangère, le "Woerthgate" crée "une atmosphère toxique"

AFP

Eric Woerth, le ministre du Travail, est très abattu par cette affaire Bettencourt.

The Guardian, lui, voit dans ce scandale une "inattendue dynamite politique", qui, d'un procès anodin s'est "mué en quelque chose qui a de sérieuses implications politiques". Le journal estime que ce scandale pourrait même "précipiter la chute de Nicolas Sarkozy"!

The Telegraph of India relate lui aussi l'affaire de la "L'Oreal lady". Les journaux australiens comme le Daily Telegraph, brésiliens comme O Globo ou israéliens comme Ha'aretz commentent également l'affaire. L'ex-comptable Claire T. est dorénavant une célébrité dans le monde entier.

Italie

Selon la Reppublica, "les temps sont durs pour Nicolas Sarkozy". Le journal compare les personnages de l'affaire à des personnages et des saga de la littérature classique française, dans une trame  "que Balzac, Proust, Dumas ou Maupassant peineraient à atteindre". Une affaire qui "passionne, choque - et pas seulement les Parisiens".

La Stampa est encore plus alarmiste puisqu'elle parle d'une "affaire Bettencourt accable la France" et évoque une affaire d'état sans précédent.

Plus léger, Il Tempo se demande si "Carla utilise des produits l'Oréal pour plaire à Sarkozy?" Mais le quotidien conservateur n'en compare pas moins l'affaire à un "tsunami qui balaie l'Elysee".

Pays francophones

Pour l'occasion, nos confrères belges se fendent même d'un caustique diaporama de toutes les polémiques qui ont (pour l'instant) émaillé le quinquennat : le Fouquet's, la villa Clavier, la nomination de Jean Sarkozy à l'Epad, etc. La libre Belgique qualifie ce dernier scandale de "Woerthgate", en rappelant tout de même qu'aucune des allégations de l'ex-comptable ne sont prouvées à ce jour...

"L'Elysée rattrapée par l'affaire Woerth", titre Le Temps, journal suisse francophone, qui salue pour l'occasion le retour du journalisme d'investigation et tresse des lauriers à Mediapart et son directeur. Le quotidien décerne au site la palme de "divulgateur en chef de scoops" alors même qu'en France, il est attaqué de toutes part par le gouvernement.

Le Devoir québécois se demande "comment un simple conflit d'intérêts s'est transformé en véritable affaire d'État"?

L'Orient-le Jour, du Liban, y voit "la pire [crise] depuis le début du mandat du président français" à tel point que "ces accusations atteignent désormais le président".

Etats-Unis

Les seuils de tolérance ne doivent pas être les mêmes outre-Atlantique. La plupart des journaux américains ne prêtent d'ailleurs à cette affaire qu'une oreille distraite, mis à part le Washington post et surtout l'article de Vanity Fair, plus habitué à parler de Carla Bruni que de son mari. Nicolas Sarkozy partageait d'ailleurs la Une du site avec Angelina Jolie. Article d'ailleurs déjà largement repris par la presse française...

Espagne

Pour El Pais, l'affaire frappe Nicolas Sarkozy de plein fouet. "Tout le monde a oublié comment tout a commencé. Qu'au début, ce n'est que l'exposition publique du linge sale d'une famille très riche, écrit le quotidien. Au fond, ce qui n'était qu'un feuilleton médiatico-sentimental avec des mères, des filles, des séducteurs présumés de vieilles dames riches est devenu, grâce à des enregistrements réalisés par un majordome et à des déclarations d'une comptable, une affaire d'Etat et un scandale politique majeur".

El Pais publie également aussi une galerie des personnages de l'affaire.

"Rumeurs et indiscrétions se succèdent au sujet des ministres qui pourraient tomber en disgrâce. Sarkozy a annoncé personnellement un remaniement ministériel pour octobre prochain. Les prévisions météos annoncent du mauvais temps persistent sur les politiques français", estime, pour sa part,le journal ABC.

Pour la Vanguardia, "la proximité avec les plus grandes fortunes de France, qui a fait tant de mal à Sarkozy au début de son mandat, lors de la fête au Fouquet's par exemple, revient comme un dangereux boomerang alors justement que les Français, fâchés, font face au chômage, au plan d'austérité et à une réforme des retraites perçue comme injuste".

Allemagne

C'est avec cette expression que Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne -12 millions de lecteurs par jour -, débute son article "L'Oréal-Erbin bringt Sarkozy in Bedrängnis " ("Lhéritière L'Oréal met Sarkozy dans l'embarras") consacré à l'affaire politico-financière qui occupe l'espace médiatique français depuis plus d'un mois. Le journal populaire d'Axel Springer se moque de notre président: "La réaction de l'Elysée? Tout est mensonge."

Le site Stern.de est encore plus mordant: "Quel été catastrophique pour la Grande nation. D'abord la sortie humiliante de l'équipe tricolore. Et aujourd'hui un juteux scandale de dons. (...) L'arrogant président, qui est entré en fonction en voulant écrire l'histoire, pourrait involontairement devenir l'histoire", conclut le magazine conservateur.

"L'infâme république", titre pour sa part le Sueddeutsche Zeitung, rappelant que "l'irréprochable république" (en français dans le texte) était un slogan de campagne de Nicolas Sarkozy. Trois ans après, la réalité est bien autre, commente le quotidien régional. Et de conclure, après avoir énuméré les scandales qui salissent le gouvernement ces derniers temps (de l'affaire Woerth-Bettencourt aux cigares de Christian Blanc, en passant par le jet privé de Joyandet): "Il faut plus que des mots pour une République irréprochable."

La presse allemande n'oublie pas que la fête nationale tricolore approche. Pour le quotidien Die Zeit, toutes les affaires du règne de Sarkozy I (célébration de son élection au Fouquet's, vacances sur le yacht de Bolloré et les liens avec les Bettencourt) sont de nature à créer "une atmosphère de 4 août" (en1789 les révolutionnaires ont aboli les privilèges). Alors que les Français célèbreront en dansant le 14 juillet la date anniversaire de la Révolution, "Sarkozy n'a pas pas grand-chose à fêter cette année", estime le magazine Der Spiegel.

"Lors d'un discours télévisé à la Nation, le "petit homme" va tenter de regagner la confiance des Français", écrit le Frankfurter Rundschau. "Mais les dégâts sont déjà immenses, avec l'impression que les moeurs politiques sont tombées bien bas". La conséquence, "les élections de 2002 l'ont déjà montré: le triomphe de l'extrême droite à la présidentielle", conclut le quotidien.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-la-presse...

 

13/07/2010

Sarko Info - 12 juillet 2010

 

http://www.dailymotion.com/video/xe0ano_sarko-info-12-juillet_news